Mettre en page de démarrageS’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
La légitime défense.. un droit qui n'existe pas au Maroc !!
Auteur Message
Répondre en citant
Message La légitime défense.. un droit qui n'existe pas au Maroc !! 
Se défendre, oui, mais à quel prix ?
Elevé au statut de meurtrier pour avoir osé se défendre face à ses agresseurs

La légitime défense reste l'une des notions abstraites de la justice marocaine.

La légitime défense est-elle reconnue en tant que telle ? Vraisemblablement, mieux vaut ne pas «trop» se défendre, en cas d'agression, même au sein de son propre domicile, au risque de se retrouver en taule, sans autre forme de procès, comme un vulgaire criminel dont la liste des victimes englobe les mentions «veuve et orphelin». Les cas versant dans ce sens ne manquent pas et l'on se demande sur quelles bases untel est condamné à 15 années d'emprisonnement car, en somme, il a tué quelqu'un qui voulait lui faire la peau, rien que ça, dans sa chambre à coucher et en présence de ses enfants.
Juste ou pas, la justice reste cependant souveraine, en dépit de certains verdicts qui donnent plus de maux de tête qu'ils ne rendent justice.

Qu'à cela ne tienne, car ce bla-bla inutile ne serait pas de nature à balayer la migraine qui s'était emparée du staff médical d'un hôpital casablancais, un beau matin de ce janvier qui vient de nous quitter. Le staff en question avait une grosse affaire sur les bras : répondre au pourquoi et au comment relatifs à un cadavre qu'il avait entre les mains. La chose était d'autant compliquée qu'il n'était pas venu à l'hôpital dans son état actuel, c'est-à-dire cadavérique, mais bel et bien tenant - difficilement - sur ses jambes.
Au niveau de la réception, dont le préposé se souvient du défunt avant son trépas, escorté de deux jeunes à l'aide desquels il pouvait tenir debout, on
réussira à identifier la victime. Car, en fait, c'est une victime que ses camarades ont transportée à l'hôpital, l'abdomen ouvert par un objet acéré.

Sauf que la migraine subite qui s'était emparée du staff médical n'allait pas cesser de sitôt.
En effet, une fois révélée l'identité de la victime, que l'on nommera Khalid, la vingtaine à peine, aucune information à son sujet ne sera disponible. Pire encore, les deux gaillards l'ayant escorté aux urgences se sont volatilisés.
On l'aura compris, les seules personnes capables d'éclaircir cette énigme ont pris leurs jambes à leur cou une fois annoncé le décès de Khalid.
En pareille situation, le premier réflexe sera de prévenir les services concernés : la police.

Sur place, outre un cadavre aux entrailles bien exposées, les enquêteurs n'auront pas grand-chose à se mettre sous la dent, hormis ce petit détail qui allait, peut-être, démêler l'écheveau. Le gardien de voiture se souvient bien de ces deux jeunes, portant de part et d'autre un troisième, qui semblait très mal, à leur descente d'un taxi. «Un taxi», ce sera la première piste dans cette enquête.
Le bureau municipal qui se charge de la gestion des taxis sera d'un grand secours pour élucider cette affaire. A ce niveau et sans grande difficulté, lors des séances quotidiennes de pointage, le taximan ayant déposé les trois individus à l'hôpital se fera reconnaître sans grande difficulté. Selon ses dires, c'est dans un quartier commercial qu'il aurait été hélé par deux jeunes. Une fois son véhicule arrêté, ces derniers l'ont supplié de transporter une troisième personne, blessée, sachant qu'un taxi-driver n'a aucunement le droit de jouer à l'ambulance.

Ce sera chose faite et, comme précieuse indication à l'attention de la police, il parlera de l'endroit où les trois jeunes l'ont hélé. Les investigations policières aboutiront à plusieurs témoignages, dont ceux de gardiens de voitures ayant assisté à une rixe, la veille de l'admission de Khalid aux urgences.
Ce soir là, Samir, commerçant réputé pour son honnêteté dans ce quartier commercial, était en train de faire sa caisse, en fin de journée. Il commençait à faire nuit et, durant son exercice quotidien, trois individus font irruption dans le magasin. L'un d'eux, Khalid en l'occurrence, le somma de lui remettre ce qu'a récolté sa caisse durant la journée.

Samir n'en fut pas impressionné et esquissa un sourire en guise de réponse. Afin de montrer sa détermination, Khalid sortit une grosse lame de sous son manteau. Avant de bien l'exhiber afin de persuader Samir qu'il n'avait pas d'autre issue, ce dernier se saisit d'un outil similaire, qu'il gardait toujours pour ce genre de situations et assena un coup fatal à son agresseur.
Cambrioleurs par procuration et amateurs par définition, les deux compères à Khalid tentèrent de régler les choses à l'amiable, avant de transporter le blessé à l'hôpital. La suite, on la connaît. Khalid était connu dans le secteur et, dans les heures qui suivent, ses complices ont été identifiés puis mis sous les verrous.

Ils ne seront pas les seuls, puisque Samir, également, sera mis derrière les barreaux et poursuivi pour homicide involontaire. Un chef d'inculpation tributaire de plusieurs années d'emprisonnement. Comme quoi, tel que cité précédemment, mieux vaut ne pas «trop» se défendre. De là à penser qu'au pire des cas, mieux vaut se laisser faire et se laisser transformer en cadavre, afin d'éviter de répondre d'un «crime».
--------------------------------------------
Légitime quoi… ?
Pour ceux qui ne l'auraient pas lu auparavant, ceci est la troisième fois que le cas de Houcine, de son vrai nom, est cité dans ces mêmes colonnes. En termes de légitime défense, le cas du petit Houcine est aussi atroce qu'édifiant.
Les yeux mouillés, le regard triste, l'allure chétive, des sandales en plastique de couleur verte enfilées avec des chaussettes, Houcine est un cas qui reflète tout le côté désagréable de la vie, fauché en pleine enfance par l'injustice du destin, ou par la justice, tout court. Cela fait un peu plus de deux ans qu'il est incarcéré au Centre de réforme de Casablanca.

Cette durée prend toute sa signification lorsque l'on apprend que Houcine n'a que 14 ans aujourd'hui. A la question relative au motif de sa détention, il répond par un seul mot : «rouh» («âme», dénomination utilisée par les prisonniers pour désigner un meurtre).
Issus d'une famille défavorisée de Taroudant, Houcine et son frère aîné sont venus s'installer à Casablanca en quête de travail, afin de subvenir aux besoins de leurs parents et de leurs quatre sœurs. Ils travaillaient séparément dans des snacks. Un jour, Houcine était en train de préparer une sauce tomate quand le jeune homme qui travaillait dans le même snack a commencé à faire des attouchements sur lui. Il est allé encore plus loin quand il a essayé de le violer.

Le petit s'est alors saisi d'un couteau qui était à portée de sa main et se montra menaçant. Chose qui n'a pas intimidé son agresseur qui est revenu à l'assaut. Les événements se passèrent très vite et le violeur reçut un coup de couteau fatal en pleine poitrine. Le petit Houcine fut condamné à 5 ans de prison. Que pouvait-il avoir comme réaction face à pareille agression, vu que son geste était plus un réflexe d'autodéfense qu'une tentative de meurtre ? La justice a dû trouver une autre interprétation à ce geste et, comme dirait l'autre, la raison à ses raisons que la raison ne connaît pas.

Entre-temps, depuis sa condamnation, Houcine n'a plus revu ses parents. «Ils ne peuvent pas venir me voir, ils sont trop âgés et n'ont pas les moyens pour faire le déplacement», explique-t-il. Seul son frère lui rend visite de temps à autre, une fois tous les deux mois. Cinq années d'emprisonnement ferme pour un môme de 12 ans, qui a refusé de se faire violer… où est ce principe de la légitime défense ?



Par Abdelhakim Hamdane | LE MATIN



____________________
Participez avec nous dans la création de la bibliothèque dent-café.. Envoyez nous vos cours.
Visiter le site web du posteur
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message La légitime défense.. un droit qui n'existe pas au Maroc !! 
C'est vraiment frustrant ce genre de nouvelles, l'injustice est criante!!! C'est vraiment trop !!!!!!! summum de dégradation! on touche à nos droits les plus innés et les plus naturelles ! Blad siba!


____________________
Sois le changement que tu désires dans le monde.

Participez avec nous dans la créartion de la bibliothèque dent-café.. Envoyez nous vos cours.
Message La légitime défense.. un droit qui n'existe pas au Maroc !! 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Partenaire : pandentaire.com | portail dentaire marocain