Mettre en page de démarrageS’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
L'amoureuse.
Auteur Message
Répondre en citant
Message L'amoureuse. 
Elle vit toujours, elle vit encore, un jour de plus, une chance de plus, elle s'en étonne presque, encore une chance, c'est ce qu'elle se répétait, l'étonnement passé fit place à l'émerveillement, elle sourit, inspira un grand coup et se leva ... elle jouit presque quand elle quitta la chaleur de sa couette pour se laisser envelopper dans la fraicheur matinale dont l'étreinte la fit frissonner, et pour un moment elle a eu envie de crier de joie de tant de délicatesse et non de froid, elle apprécie chaque détail, tout comme l'aurait fait un condamné à mort auquel on a appris que son exécution fut reportée sine die ... et qui n'est ce condamné?!

Un jour de plus, chaque détail, du fortement de la couette sur sa peau, de ses petits pieds roses et pulpés qui touchent le planché froid, de l'ourlet de sa robe-de-nuit qui descend le long de ses jambes quand elle s'est mise debout à ses cheveux qui lui tombent tel une chute d'eau sur le visage illuminé d'un délicat sourire de satisfaction et de quiétude, elle chaussa ses sandales, et d'un mouvement long et soutenu dégagea avec ses doigts habiles et amoureux ses cheveux et les accrocha derrière son oreille ... elle dégagea ainsi sa tempe et une partie de son coup frêle et tendre auquel aucun humain n'aurait été insensible... la beauté, la vraie est furtive.

Elle se dirigea vers la salle de bain, elle appréciait jusqu'au mouvement de l'air autour de ses bras, ses cheveux qui tanguaient sur ses joues crevassées d'un sourire enivré et enivrant, elle ne marchait pas, elle était transportée, elle sentait son âme chavirer, se remuer, gigoter s'agiter sautiller ... quitter le volume trop exigu de ce corps pour s'envoler embrasser l'au-delà et revenir un collier de nuage autour du coup...

Tout est danse, quand on est si amoureuse, tout est danse...

Ses cotes se battaient presque pour contenir dans sa poitrine un coeur frétillant d'allégresse, tant d'allégresse se régénère, se quintuple avec chaque pas... et ravage tout sur son passage...

Tout est mythologie, quand on est si amoureuse, tout est mythologie.
Elle vit toujours, un jour de plus, et c'était vrai et exubérant.

L'eau fraiche sur ses mains puis sur son visage lui faisait tressauter, semblait s'infiltrer sous son épiderme pour atteindre ce qui est encore plus profond que ses os: son âme... ce fut pour elle la preuve physique qu'elle vivait encore, elle se donna alors encore et encore une preuve , elle vivait, un jour de plus, ça lui paraissait beaucoup !

Sa toilette faite, elle se retourna vers sa chambre, avec la même fluidité, avec le même pas léger, animé, accordé avec cette même symphonie amoureuse jamais vraiment la même: l'hymne de la vie l'accompagnait... des draps du parfum de l'éden s'éveillaient sous ses pas, l'enrobaient, la sertissaient, l'emportaient et la relâchaient pour la reprendre avant que ses pieds n'eurent touchés le sol...
Ses yeux ne clignaient plus, ses petits doigts de poupée qui définissaient la grâce au-delà de ce que peuvent les mots pianotaient d'un mouvement tantôt lent et enivré tantôt effréné et passionné, comme pour orchestrer un chassé-croisé endiablé entre le céleste et le terrestre, entre le macabre de la mortelle qu'elle fut et le festif du nouveau-né qu'elle est depuis peu et où la piste était son petit coeur gonflé... et pianotaient encore, comme pour ordonner à des figurines éoliennes qui semblaient découler des ses bras et de ses aisselles, se mouler aux contours de ses hanches, de s'en éloigner pour exécuter enjambées et pirouettes brassant les lanières fines du parfum ascendant aux larges et flous draps de lumières d'avant l'aurore à l'haleine de son âme déchainée à ses pensées qui se dissolvaient et partaient en nuée du bout de ses cheveux que la pesanteur ne contrôlaient plus... les mures et le décore prirent part à cette danse majestueuse et entrainante.

Tout est danse quand on est si amoureuse... tout danse.

Elle respirait à plein poumon , d'une inspiration sans fin, de grosses larmes chaudes s'écharpèrent des coins de ses yeux exaltés : tant de majesté fallait bien l'accoucher, le nouveau né réclamait d'être allaiter et la mortelle... fallait l'honorer!

Ses larmes se rejoignaient au bout de son menton, après avoir croisé pendant leur trajet son sourire toujours aussi exquis et impénétrable: qu'est la vie si ce n'est ce carrefour ?! ...
De son menton effilé ses larmes s'égouttaient, se pulvérisaient, partaient en éclats en tombant sur le sol tel la poudre de diamant semée sous un rai de lumière.

Tout est mythe, quand on est si amoureuse, tout est mythe.

Il était encore très tôt, elle s'est levée à cette heure-ci parce qu'elle avait rendez-vous avec celui qui lui a redonné l'envie de vivre, avec celui dont l'avenue dans sa vie lui redonna sens et valeur, gout à ses larmes, celui qui a meublé ses recoins vides... la vie n'était plus cette absurdité, elle , elle n'était plus ce monstre d'insignifiance qu'elle a toujours été, ce tas de questions qu'elle était... plus maintenant, de puis qu'il est là. Désormais, elle comprend qu'un poumon qui respire ou qu'un coeur qui bat et dont l'empressement, la régularité et l'obstination l'étonnaient jadis, étaient en fait un comte à rebours qui la rapprochait de ce moment ultime de son existence : la rencontre avec celui dont tout autour d'elle soufflait le nom à qui voulait l'entendre, dont tout rappelait son passage à qui pouvait voir ... elle lui devait tant et tant, depuis qu'il est apparu, depuis qu'il est dans les alentours ... et ce matin, elle s'est levée pour lui.

Avec le même pas, la même démarche, entourée du même cortège qui mariait l'onirique au véridique , ouvrit sa garde-robe, prit son satin : l'étoffe de soie que sa maman lui offrit pour ses vingt-ans, l'enroula sur sa chevelure à la manière d'une écharpe, de son bout essuya les quelques larmes qui lui pendaient encore aux cilles de ses yeux, regarda le toit, inspira profondément, elle vivait encore, intensément, comme elle ne l'a jamais fait jusqu'au là ... remit la fine écharpe qui glissait le long de ses cheveux et retombait doucement sur ses épaules à chaque mouvement de tête.
Elle se contemplât dans sa glace, elle était prête, prête pour le rencontrer... oui, elle allait le rencontrer, ses larmes reprirent de plus belle, douloureuses cette fois mais chargées de sens, ce fut parce qu'elle allait vers sa rencontre... Ferme, elle se teint au milieu de sa chambre et dit : "Alllaho akbar"

L'Amoureuse/La repentie ... [saf1]


Visiter le site web du posteur
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message L'amoureuse. 
Citation:
Elle respirait à plein poumon , d'une inspiration sans fin, de grosses larmes chaudes s'écharpèrent des coins de ses yeux exaltés : tant de majesté fallait bien l'accoucher, le nouveau né réclamait d'être allaiter et la mortelle... fallait l'honorer!

J'ai écrit ça?!!
Dire que je l'ai écrit !
Je reviens de loin...

Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message L'amoureuse. 
C'est joli j'ai adoré, je suis fan de toi Saf! je suis comme ta héroine je suis amoureuse aussi! je pense que c'est le seul amour vrai de toutes les amours que je pretend avoir ressentir!

Répondre en citant
Message L'amoureuse. 
excellent rien à dire.

Répondre en citant
Message L'amoureuse. 
tant d'imagination et de description applaudissements si c'est toi qui l'as ecrit alors 1 grand chapeau de ma part
et l'amoureux alors????tu va pa ecrire sur lui


____________________
Répondre en citant
Message L'amoureuse. 
c'est très gentil à vous merci les amis.

Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message L'amoureuse. 
salam

t'arrétera pas de m'épater saf ,......j'en ai plein les yeux ,les réves je veux dire , quoi te dire doux réveur bravo Wink


____________________
There are so many things you say that make me feel you've crossed the line
Répondre en citant
Message L'amoureuse. 
Impossible de passer sans commenter!! c très beau
je l'envie cette amoureuse


Répondre en citant
Message L'amoureuse. 
Bravo
Tant de détails, tant de charme et de noblesse pour la plus merveilleuse créature.
Merci, des paroles qui ont pu ajouté une valeur déjà présente dés le début de l’univers ‘la valeur de la femme’

Oui c’est le seul vrai amour que pouvait et devait ressentir toute personne.
Lah ihdina 3ala ta3atih wa houbih….
Allah


pour te repondre ibtissam ; on peut pas limiter les si infinis caracteristiques d'un si merveilleurs createur: l'amoureux " DIEU" ni notre cerveau, ni notre imagination poura le faire...bref ,il y a pas si ' ra7im ghafour ra2of sami3 mou3iz mou3in....' que notre DIEU, on a de la chance d'etre musulman, et on remercit DIEU pour cela "al7amdo lillah"


____________________
«La valeur d’un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir.»
Message L'amoureuse. 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Partenaire : pandentaire.com | portail dentaire marocain