Mettre en page de démarrageS’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
« Quand la médecine confond statistiques et stéthoscope »
Auteur Message
Répondre en citant
Message « Quand la médecine confond statistiques et stéthoscope » 
Courrier International numéro 853

Courrier International publie un article de The Economist, selon lequel « faute d’utiliser des méthodes statistiques correctes, une multitude de travaux de recherche médicale sont biaisés ».
L’hebdomadaire britannique rend ainsi compte d’une communication faite par Peter Austin, lors de la conférence annuelle de l’American Association for the Advancement of Science à San Francisco en février 2007, établie à partir des « données relatives aux admissions dans les hôpitaux de l’Ontario, au Canada, collectées durant l’année 2000 ».
The Economist remarque que le chercheur de l’Institute for Clinical Evaluative Sciences, à Toronto, voulait prouver que « les méthodes statistiques que les chercheurs emploient de manière routinière peuvent facilement créer des liens de cause à effet qui n’existent pas ».
« Le Dr Austin voulait également expliquer pourquoi tant de déclarations sur les questions de santé ne sont jamais corroborées par des études cliniques. Cette confusion tient au fait que, pour chaque résultat d’une hypothèse isolée, un test statistique est effectué pour voir quelle probabilité il a d’être dû au hasard », poursuit l’hebdomadaire.
The Economist note que « si cette probabilité se situe au-dessous d’un certain seuil, 5 % dans la plupart des protocoles, c’est que l’hypothèse est «confirmée». [Mais] tout va bien tant qu’il n’y a qu’une hypothèse à la fois ».
Le magazine explique ainsi que le Dr Austin « a essayé de découvrir le lien existant entre un signe astrologique donné et certaines pathologies. [Il] a testé 24 hypothèses, deux pour chaque signe astrologique ».
L’hebdomadaire relève par exemple que « la probabilité de la validité des hypothèses sur l’estomac des Lions et les bras des Sagittaires était inférieure à 5 %, donc ces liens supposés n’étaient pas le fruit du hasard. En toute rigueur, ces hypothèses devaient être acceptées comme valides ».
« Pourtant, quand il a modifié ses méthodes statistiques pour prendre en compte le fait qu’il testait 24 hypothèses et non plus une seule, toutes ses conjectures astrologiques ont été rejetées », continue The Economist.
L’hebdomadaire déplore que « de nombreux scientifiques cherchant à mettre en évidence des facteurs de risque de maladie ne sont pas conscients qu’ils doivent changer leur approche statistique quand ils testent plusieurs hypothèses ».


____________________


Participez avec nous dans la créartion de la bibliothèque dent-café.. Envoyez nous vos cours.
Visiter le site web du posteur
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Partenaire : pandentaire.com | portail dentaire marocain