Mettre en page de démarrageS’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc
Auteur Message
Répondre en citant
Message l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc 
source: www.menara.ma

L'exercice illégal de la médecine dentaire au Maroc est une problématique qui dépasse de loin le pouvoir du chirurgien dentiste ou des syndicats. C'est un réel problème sociopolitique à grande échelle ne pouvant se résoudre que sur des dizaines d'années et faisant intervenir tous les acteurs politiques, économiques, sociaux et sanitaires. Le projet d'assainissement ne pourra pas se faire du jour au lendemain.

Analysons la situation plus concrètement : il existe près de 7000 charlatans recensés au Maroc, faisant travailler chacun en moyenne 3 personnes. Soit 21000 employés actifs, dont chacun a une famille à charge de 3 personnes au minimum. Imaginons la fermeture de tous les locaux des charlatans. Ce sont 21000 personnes qui seront au chômage et 63000 personnes menacées du pire !, vous imaginez la suite...

Un deuxième problème se pose : chaque charlatan dentaire «soigne» au minimum 10 patients par jour. Ce qui donne une couverture de 70000 consultations par jour. Imaginons la fermeture des locaux : ce sont 70000 souffrances par jour ! A qui s’adresseront ces malades? La majorité, pour ne pas dire la totalité, ou bien sont démunis ou bien n'ont pas de dentiste à proximité.
Que ferait, dans ce cas-là, un malade fasse devant une rage de dent et des nuits blanches insupportables !

Victimes du système

Combien va lui coûter un soin dentaire chez le dentiste qui respecte les règles d'asepsie et d'hygiène selon les normes ? Et Dieu sait combien sont nombreux ces malades qui arrivent à subvenir à leurs besoins les plus élémentaires. Ils sont victimes non pas de la pratique illégale des charlatans, mais de tout un système socio-economico-politico -sanitaire du pays.

Ils n’existe pas de couverture médicale, le nombre des chirurgiens dentistes est insuffisant pour accueillir tous les malades dans le cas où les charlatans n’existent pas, les cabinets dentsites sont mal répartis dans le pays, le pouvoir d’achat est trop bas pour permettre à tout un chacun des soins de qualité, l’asepsie et la stérilisation ne sont pas possibles si le nombre de patients reçus par jour dépasse les capacités d’équipement du cabinet dentaire.
Qu’arriverait t-il s’il n’existait pas de charlatans avec les conditions actuelles et que toutes les consultations étaient assurées par les cabinets dentistes diplômés ?

Dans l’état actuel des choses, deux scénarios sont possibles : -soit les cabinets dentistes acceptent d’accueillir tout le monde et se plient aux prix trop bas pratiqués par les charlatans. Dans ce cas je vois mal comment le cabinet dentiste peut assurer l’asepsie, l’hygiène et des soins corrects (qui sont les principales raisons avancées pour l’éradication des charlatans).

Soit on n’accepte que ceux capables de payer le minimum pour leurs assurer des soins acceptables dans les conditions d’hygiène et d’asepsie correctes afin de préserver l’image digne du chirurgien dentiste. Dans ce cas les soins ne seront plus à la portée de la majorité. Et là naturellement le charlatanisme reprendra de plus belle.

En conclusion, le charlatanisme dentaire, que je ne défends guère, est un grand problème de santé public auquel il faut penser sérieusement et qui exige de grands efforts de la part des responsables et de toute la population.

Voici ce que je propose comme solution à ce problème :
1- Elever le pouvoir d’achat de la population.
2- Instaurer l’assurance maladie obligatoire.
3- Augmenter l’effectif des centres dentaires publics dans les hôpitaux.
4- Répartir les chirurgiens dentistes dans tout le pays pour qu’ils soient accessibles à la population rurale.
5- Interdire la concurrence déloyale (prix trop bas) pour ne pas compromettre la qualité des soins.
6- Alléger ou supprimer les taxes sur le matériel médical.
7- Interdire les nouvelles installations des charlatans.
8- Sensibiliser la population par l’intermédiaire des médias et des campagnes de prévention nationales.
9- Faire participer activement les associations et les partis politiques pour cette cause.


Dr.Hicham Benbrahim

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc 
source: www.menara.ma


Notre article sur le narguilé (chicha) a suscité la réaction du Syndicat des Médecins Dentistes du Souss. Son secrétaire général estime qu’il y a des priorités plus urgentes.Chiffres à l’appui, il apporte un éclairage sur l’exercice illégale de la médecine dentaire. Un métier à hauts risques.

Actuellement, l’exercice illégale de la médecine dentaire constitue un problème grave dans notre société tant il reflète en premier lieu un laxisme flagrant de la part des responsables à faire appliquer les lois.
Ces personnes travaillent en violation du Dahir de 1960 portant réglementation de la profession de chirurgien dentiste et qui exclut tous les non diplômés installés après 1955. En second lieu, une question se pose : est ce que la santé et la vie de milliers de marocains n’a aucune valeur… ?
Les charlatans(sanie el asnane) sont des personnes non diplômées qui possèdent un savoir succinct, puisqu’elles n’ont reçus aucune formation. Ne savent même pas ce que c’est une bactérie ou un virus et pratiquent en toute impunité, des actes dentaires dans des conditions alarmantes en l’absence des conditions d’hygiène nécessaire, et surtout de stérilisation. Sans parler des produits jetables à usage unique (aiguilles, carpules d’anesthésie, gobelets…).

L’ensemble de la profession a déjà tiré la sonnette d’alarme sur les dangers de cette pratique empirique, en l’occurrence, complications diverses par exemple (hémorragies, fractures osseuse, endocardite infectieuse, complications liées au diabète, et la liste reste longue…). Mais le plus dangereux reste la transmission et la propagation de maladies infectieuses graves tel le Sida, l’hépatite C et B, la tuberculose, et j’en passe.

Le ministère de la Santé a récemment lancé une campagne de sensibilisation sur les maladies infectieuses. Cette campagne reste timide à mon sens puisque le davier (sorte de pince pour avulsions dentaires) était la seule représentativité de ces pratiques illégales sur les posters. Et encore, cela peut prêter à confusion et incriminer indirectement les médecins dentistes…n’ont-il pas trouvé mieux.

Au lieu de faire la politique de l’autruche, je pense que le ministère de la Santé devrait se montrer plus responsable devant un dossier aussi important. Il y va aussi de l’image de notre pays. Des touristes pourraient être amenés à consulter par erreur dans ces cabinets (en cas d’urgence) sans connaître les risques encourus, car il ne leurs viendrais jamais à l’esprit qu’on 2004 des gens exercent un métier de santé sans diplôme et sans autorisation, en toute quiétude…

Et pour couronner le tout le dossier chicha prend le devant de la scène et se voit être traité en un temps records pour des raisons sanitaires dit-on...

Le charlatanisme en chiffres
.L’enquête nationale du ministère de la Santé en collaboration avec l’OMS en 1993 révèle :
- 61,2% des marocains consultent chez les non diplômés.
- Le choix thérapeutique de l’extraction dentaire est de 83%.

.L’enquête réalisée en 1994 sur les complications de la pratique illégale :
30% des patients présentent des complications infectieuses…
29% présentent des complications hémorragiques.

.L’enquête réalisée en 1996 sur la pratique illégale :
77% des actes sont réalisés chez les charlatans.
61% des sujets ignorent les risques encourus.
53% ne distinguent pas les praticiens diplômés des non diplômés.

Aujourd’hui ils sont estimés à plus de 7000 charlatans contre 2500 médecins dentistes.

* Dr Mourad Gamani est Secrétaire GénéralDu Syndicat des Médecins Dentistes du Souss

Répondre en citant
Message l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc 
Le charlatanisme :

un fléau qui perdure…



De la même manière qu’une carie attaque la dent, s’infiltre dans ces sillons et finit par la détruire, le charlatanisme fait des ravages dans notre royaume. Ces « praticiens » exercent leur « métier » en toute quiétude sans crainte d’être punis. Jadis, leur présence a été tolérée du moment qu’elle répondait à une demande réelle, mais aujourd’hui cette tolérance n’a plus de place. Ces « praticiens » ne se soucient guère des conséquences de leurs actes ni de leurs répercussions sur la santé de la population. Cette anarchie dans la pratique de la profession est préjudiciable à tout le monde. L’heure est grave.



La première loi portant réglementation de l’exercice des professions médicales au Maroc a été promulguée en 1916. A l’époque les « tbibs » et les « kablas » n’avaient pas besoin de titres ou de diplômes pour la pratique de la médecine arabe aux sujets musulmans. Ainsi l’exercice illégal se trouvait légalisé ou toléré dans la mesure où il répondait à une demande qui existait.



Il a fallu attendre1960 pour qu’il soit mis un terme à la tolérance provisoire en considérant tout non diplômé installé après 1955 comme un praticien illégal (dahir N° 1-59-367 du 19 Février 1960). Malgré cela, le fléau persiste et ces praticiens continuent d’exister sous différents aspects : On peut citer l’homme de religion ou « fquih », l’arracheur de dents ou « charlatan » dont la présence dans les souks est très remarquée, le barbier ou « hajjam » chirurgien autoproclamé, le mécanicien dentiste considéré comme « moderne » et « qualifié » en comparaison avec les précédents, et enfin les prothésistes diplômés. Il va sans dire que ces pseudo-praticiens –toutes catégories confondues- exercent en violation de la loi de 1960.



Le charlatanisme en chiffres

L’enquête nationale du ministère de la Santé en collaboration avec l’OMS révèle que :

* En 1993 :
- 61,2% des marocains consultent chez les non diplômés.
- Le choix thérapeutique de l’extraction dentaire est de 83%.
* En 1994 :
- 30% des patients présentent des complications infectieuses…
- 29% présentent des complications hémorragiques.

· En 1996 :
- 77% des actes sont réalisés chez les charlatans.
- 61% des sujets ignorent les risques encourus.
- 53% ne distinguent pas les praticiens diplômés des non diplômés.

Aujourd’hui ils sont estimés à plus de 7000 charlatans contre 2500 médecins dentistes.



Conséquences :



Tout chirurgien dentiste qui se respecte est pleinement conscient que la réalisation de tout acte nécessite le respect d’un certain nombre de règles. Les conditions d’installation, la connaissance du matériel et des instruments ainsi que leur utilisation rationnelle sont des éléments qui déterminent une bonne pratique opératoire.

L’interrogatoire et la mise en évidence de pathologies médicales ou de traitements spécifiques doivent conduire le praticien à respecter certaines règles liées aux facteurs connus ou suspectés d’après l’anamnèse.

Ces notions qui, pour nous chirurgiens dentistes, constituent le B-A BA de la profession sont totalement méconnues des charlatans, leurs actes ne sont guidés que par un savoir succinct acquis par la pratique empirique. De plus, ces pseudo-praticiens ignorent l’importance des examens médicaux et radiologiques, ne maîtrisent pas les techniques d’anesthésie et d’extraction qui nécessitent des connaissances anatomiques de base.



La manipulation du sang sans aucune protection comporte le risque d’infections graves (hépatite virale, sida, tétanos…), de même que l’utilisation d’un matériel souillé de patient à patient et l’absence d’asepsie entraînent la propagation d’un nombre considérable d’infections.



Dans ces conditions, tout acte si simple soit-il est susceptible d’avoir des conséquences graves aussi bien sur le plan locorégional que général : fractures dentaires et osseuses, virus véhiculés, hémorragies, syncopes, chocs septiques….et la liste n’est pas exhaustive.

A côté de ces complications, cette pratique illégale constitue un frein au développement de la médecine dentaire et donc à la promotion de la santé bucco-dentaire dans notre pays.

Le problème est grave et mérite une attention particulière. Seulement la question à se poser est…



Pourquoi cet attrait pour les praticiens non diplômés ?



Il s’agit d’un problème de ratio. L´Organisation Mondiale de la Santé a placé le seuil à un chirurgien pour 2000 habitants. Certaines estimations ressortent que presque 60% des chirurgiens-dentistes sont concentrés sur l’axe Casablanca-Rabat, il existe donc des régions où les soins dentaires sont quasi inaccessibles notamment dans les petits villages.



D’un autre côté, face aux lourdes charges qu´ils ont à supporter, les chirurgiens dentistes ne peuvent pas proposer un service toujours à la portée des bourses des patients. A ces raisons matérielles s’ajoute l’insuffisance de la couverture sociale et médicale dont le taux de couverture à nos jours ne dépasse guère 15% de la population active.



L’ignorance et le manque d’information sont des facteurs d’une grande importance : plus de la moitié des patients qui consultent chez les charlatans ignorent complètement l’existence des risques sur leur santé, de même qu’ils ne distinguent pas les praticiens diplômés des non diplômés. D’ailleurs le professeur Ahmed LAROUSSI chirurgien dentiste et porte parole du Comité national d´action et de lutte contre l´exercice illégal de la médecine dentaire a eu raison lorsqu’il a dit lors de l’une de ses interviews : « Comment une personne peut-elle faire la différence entre un chirurgien dentiste et un charlatan lorsque les deux ont pignon sur rue ? »



Devant tous ces problèmes le bureau d’hygiène municipal, la commission régionale d’hygiène et de salubrité et les autorités locales viennent obscurcir le tableau en n’accomplissant pas le rôle qui leur est dévolu et ce malgré la circulaire n° 23098 du 26 Septembre 1998 adressée par le Ministère de l’intérieur et demandant aux autorités locales concernés l’arrêt de la délivrance des autorisations d’exercer aux praticiens non diplômés.



Quid des institutions professionnelles ?



Conscient de la gravité de la situation, le conseil de l’ordre a appelé à la création d’un comité national d´action et de lutte contre l´exercice illégal de la médecine dentaire, chose qui a vu le jour en 1996. Le comité s’est fixé comme objectif l’organisation annuelle d’un séminaire de lutte contre l’exercice illégal de la médecine dentaire dont le 1er a eu lieu le 05 Avril 1997. Le but étant de faire participer des spécialistes de différentes disciplines (scientifiques, juristes, etc.) afin d’aborder le thème sous ses aspects médico-juridiques, en mettant l'accent sur les moyens à mettre en oeuvre pour endiguer ces pratiques et attirer l'attention des citoyens sur leurs retombées négatives.



La haute médiatisation et la mobilisation de la profession ont sensibilisé davantage les autorités du danger de cet exercice anarchique et ont permis de toucher un public aussi divers que le Ministère de la Santé, les leaders de partis politiques ou encore l'homme de la rue.



Nous pouvons dire que le danger que représentent les charlatans sur la santé de la population n’est plus à démontrer. Seulement, il s’agit là d’un problème qui ne se règle pas du jour au lendemain, supposons que l’on parvienne à éradiquer ces praticiens empiriques : Combien de gens n’auront plus accès aux soins ? Combien de pères de familles se retrouveront au chômage ? Leur réinsertion dans la profession est-elle possible ? Si oui, comment ? Devant un dossier aussi chargé le ministère de la santé devrait montrer plus d’intérêt à la question. De plus, il y va de l’image de notre pays qui – au début du troisième millénaire- compte beaucoup plus de charlatans que de chirurgiens dentistes………à bon entendeur.





Dr. DGHOUGHI S.* - Pr. El WADY W. **

* Résidente au service d’odontologie chirurgicale au CCTD de Rabat.

** Professeur d’enseignement supérieur et chef du service d’odontologie chirurgicale du CCTD de Rabat.


source: www.fmdrabat.ac.ma webjournal du dentiste

Répondre en citant
Message l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc 
HARO SUR LES CHARLATANS

Par Karim BENDAOUD

La profession de chirurgien dentiste se voit menacée par les charlatans et autres arracheurs de dents sévissant dans les souks hebdomadaires des petites localités du Royaume et même à l'intérieur des grands centres urbains. Ces pratiques, qui ne sont pas sans danger pour la santé du citoyen, ne vont pas sans susciter de réactions du Conseil national de l'ordre des chirurgiens dentistes du Maroc, lequel consacre, le samedi 4 avril, son deuxième séminaire national à ce phénomène.
Sus aux arracheurs de dents et autres charlatans! Tel pourrait être, en résumé, le thème du deuxième séminaire national qu'organise à Casablanca, le Comité national d'action et de lutte contre l'exercice illégal de la chirurgie dentaire au Maroc. Cette manifestation, qui se tiendra à l'occasion de la journée mondiale de la Santé, célébrée le 7 avril, verra la participation de spécialistes de différentes disciplines (scientifiques, juristes, etc.), qui aborderont le thème de la pratique illégale de la chirurgie dentaire sous ses aspects médico-juridiques, en mettant l'accent sur les moyens à mettre en oeuvre pour endiguer ces pratiques et attirer l'attention des citoyens sur leurs retombées négatives. Lesquelles peuvent être à l'origine de maladies et d'affections graves telles le Sida, l'hépatite, l'herpès, etc.
Les mesures élémentaires d'hygiène, quasiment absentes, sont ignorées des charlatans et autres praticiens illégaux. Les risques d'infections graves sont omniprésents. À cet égard, une table ronde réunira, dans le cadre de ce séminaire, les représentants du Conseil de l'Ordre des chirurgiens dentistes du Maroc, de la Fédération des syndicats, des associations scientifiques, du ministère de la Santé publique, d'organisations non gouvernementales, etc.
Cette table ronde sera notamment marquée par les interventions des Professeurs Latifa Tricha, doyen de la Faculté de Médecine dentaire, Hakima Himmich, présidente de l'Association de lutte contre le sida (ALCS) et Noufissa Benchemsi, directeur du Centre de transfusion sanguine.
Des dentistes et des victimes de l'exercice illégal de la chirurgie dentaire apporteront leurs témoignages sur &laqno;ce phénomène qui nuit à la santé du citoyen et à la profession de la chirurgie dentaire». Ce deuxième séminaire sera également l'occasion de présenter, pour la première fois, la plaque unifiée destinée à mettre fin à l'amalgame. Et permettre à la population de faire la distinction entre un chirurgien dentiste et un charlatan non diplômé. Parfois, même lorsqu'elle le peut, c'est le côté financier qui fait, malheureusement, la différence. Mais cela est un autre débat La corporation s'est, en outre dotée d'un numéro vert (0800 2766) à l'intention des victimes des personnes pratiquant la médecine dentaire de manière illégale. Au bout du fil, ils trouveront réponses, conseils et orientations adéquats à leurs problèmes

source:www.maroc-hebdo.press.ma

Répondre en citant
Message l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc 
Quand le mécanicien dentiste détient le secret de la réussite

LES CHARLATANS FONT LA LOI

On sait quelle douleur atroce donne la maldie d'une dent. L'arracher, pour éviter que les douleurs ne se reproduisent, est un acte que l'on ne peut exécuter à la va-vite. Les chirurgiens dentistes crient haro sur les charlatans. Les problèmes graves qui résultent de l'intervention de ces derniers ne sont pas des moindres. Et pourtant, que de Marocains continuent à leur faire confiance. Au détriment de leur santé

Par Abderrazzak Aboulakjam

"Aie ! Je n'en peux plus. " Rachid, un jeune de quinze ans, aux cheveux bien soignés, les yeux virant au vert, crie sa douleur. Une dent lui a ôté le sommeil cela fait plus de vingt quatre heures. La rage de dent, dit-on. Les calmants ou sédatifs n'ont rien pu faire et aucun chirurgien dentiste n'est de garde par ces jours de fête. Et pourtant, la délivrance est toute proche, ironise un de ses copains.
Parce qu'en fait, à Témara, une ville non loin de la capitale du royaume, Si El Hanati est sollicité pendant les durs moments de la douleur buccodentaire.. La population tout entière ou presque connaît Hadj El Hanati. C'est un homme dont la réputation dépasse le périmètre de la ville.
A le voir dans sa jellaba, blanche, ses babouches fassis, et son sourire qui ne le quitte jamais, on dirait un fkih de msid, ou un imam de mosquée. La soixantaine bien entamée, Si Hanati garde toujours le réflexe des jeunes, le sens de la réplique et de la mesure. Mais c'est surtout ''sa baraka'' comme on dit dans les environs, qui fait de lui un homme respecté et sollicité.

Secret

Disposant d'un cabinet en plein centre-ville avec une pancarte facilement lisible sur laquelle on peut lire "El Hanati : fabrication et prothèse dentaires". Rachid n'avait besoin ni de frapper à la porte ni d'attendre dans un salle feutrée, musique douce
Le voyant dans son état, Si Lhaj accourt vers lui, le tranquillise avec ses mots dont il détient le secret et l'installe sur un fauteuil qui n'a rien de commun avec ce que l'on trouve chez les chirurgiens dentistes. Quinze minutes après, Rachid voit sa dent extraite et la douleur commence à diminuer. Il sourit non sans malice, lui le fils à papa qui vient d'être sauvé par un guérisseur traditionnel.
Le profil de cette catégorie de guérisseurs est souvent le monsieur qui a accompli les rites du pèlerinage et qui compte énormément plus sur l'aide de Dieu que sur autre chose. Celle-ci est exercée par des mécaniciens dentistes qui ont acquis le savoir faire et l'expertise soit de leurs grands-pères ou grâce à un don divin, "la baraka".
Dans les coulisses de ce métier populaire, c'est un ensemble d'outils qu'il faut avoir et de procédures qu'il faut respecter à la lettre.

Respect

Parmi les outils les plus indispensables figure tenailles ou le kollab dans le jargon de la profession. Les autres outils aussi importants que le kollab sont les aiguilles, le coton, le burin... ainsi que d'autres accessoires.
L'opération d'arrachement d'une dent s'apparente à une véritable bataille entre l'arracheur et le patient. Chacun tire de son côté. Alors que le patient est dépourvu de toute force, il continue de résister à ce coup dur. Les résultats ne sont pas toujours les mêmes.
L'opération peut finir avec un dénouement heureux lorsque la dent est facilement enlevée comme elle débouche sur un évanouissement qui peut causer la mort du patient.
Dans ce dernier cas, il faut jeter de l'eau sur la personne évanouie tout en mettant du parfum "Rêve d'or" dans ses narines. Des scénarios catastrophes de ce type sont très courants et essentiellement dans les souks où les moindres conditions d'hygiènes sont quasi absentes. Les patients qui livrent leurs mâchoires à cet examen difficile préfèrent faire valoir le dicton qui dit "Vaut mieux la peine de quelques heures que de rester dans la peine toute la vie". L'arbitrage dans ce cas est facile. Mais les conséquences peuvent être désastreuses si on savait que l'opération est accomplie sans anesthésie.

Destin

Le patient supporte toute la douleur qu'il est possible d'atténuer grâce à l'anesthésie. Se livrant à un destin inconnu, le patient fait preuve de courage et de capacité à supporter la peine. Par ailleurs, les mécaniciens dentistes ne font pas que ce genre d'opération.
La prothèse dentaire est aussi une spécialité. Sur la table à outils, vous trouverez toutes sortes de dents qui correspondent à la taille et le pouvoir d'achat de chaque patient.

Préférence

Dans notre vie, on aperçoit des gens qui portent des dents en or ou en argent comme signe d'ornement. Ces gens-là ont sollicité, par le passé, les mécaniciens dentistes pour décorer leur espace buccal.
Depuis des années, bon nombre de Marocains et Marocaines ont eu recours à ces dentistes plutôt que de se rendre chez un spécialiste. Aujourd'hui et malgré les avancées spectaculaires réalisées par cette discipline, cette profession continue d'exister surtout dans les quartiers populaires et dans les souks hebdomadaires. Encore plus, certaines gens gardent un attachement inexpliqué à leurs mécaniciens dentistes.
La raison, c'est qu'ils ont su guérir leur mal pendant les heures les plus terribles de leur vie. Le vieux dicton populaire qui dit "demandez conseil à l'expérimenté plutôt qu'au médecin" est fortement gravé dans la mémoire marocaine.
Par ailleurs, le coût d'une opération effectuée par le mécanicien dentiste n'est pas trop excessif par rapport à la facture du chirurgien dentiste. Moyennant un prix symbolique, l'opération est accomplie sans diagnostic ni consultation médicale.
L'arracheur de dent demande à son patient "Lbiade". Cette rémunération non définie à l'avance est la récompense de ses efforts. Par conséquent le patient sort de sa poche une somme d'argent met discrètement dans la main de son dentiste. Les deux parties doivent être de bonne foi pour que l'opération réussisse. L'absence des règles scientifiques qui guident ces dentistes met le tout sur le dos de la puissance divine. Toutefois, certaines personnes reconnaissent clairement qu'elles avaient retrouvé la paix grâce à leur dentiste. Elles vont jusqu'à privilégier celui-ci sur le chirurgien dentiste qui détient un doctorat officiellement reconnu. Pour comprendre ces choses, il faut remonter au système de valeurs et au référentiel de la société marocaine. Visiter un chirurgien dentiste doit être une habitude dans le vécu quotidien des gens. Cela n'empêche pas que les fidèles aux mécaniciens dentistes refusent de s'adonner à un spécialiste qui à leurs yeux n'en sait rien.

source:www.maroc-hebdo.press.ma

Répondre en citant
Message l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc 
salam alaikom
merci d'abord fourni pour toutes ces informations pour moi il faut juste reglementer le travail et laisser chacun yetreze9 lah et qui na pa d'autorisation ne dois pas exercer n'oublier que bcp de prothesiste ont le droit d'exercer autant que praticien par l'autorisation de med 5 lah yere7mou

Répondre en citant
Message l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc 
coco a écrit:
salam alaikom
merci d'abord fourni pour toutes ces informations pour moi il faut juste reglementer le travail et laisser chacun yetreze9 lah et qui na pa d'autorisation ne dois pas exercer n'oublier que bcp de prothesiste ont le droit d'exercer autant que praticien par l'autorisation de med 5 lah yere7mou


les dernieres tentatives deployé par l ordre national des dentistes pour lutter contre le charlatanisme de la pratique dentaire au maroc rmonte à l époque du regne du driss basri alors ministre de l'interieur. ce dernier a exhorter le syndicat des dentistes de rennoncer a leurs revendications portant volonté d 'erdiquer l exercice illégal.
le famux basri a expliquer aux chirurgiens-dentistes a cette epoque qu il y'a 7000 charlatans aux maroc, et chaque charlatan a 2 aides dans son cabinet, ce qui fais 7000*3= 21000 poste de travaille, donc 21 milles familles nourris a partir de cette pratique illégal. basri n'a pas voulu priver ces gens là de leurs gagne-pain .


à l'epoque basri a opter pour une approche securitaire ne voulant pas susciter le mecontenetement des charlatans et de leurs familles negligeant alors l'approche sanitaire et les consequences néfastes du fléau sur la santé des citoyens.

maintenant si chaque prothesite diplomé ouvre son propre cabinet ou il effectue des soins ca devient terrible et menacant pour notre avenir" y'a des centaines de prothesiste qui obtiennent des diploms chaque année"

Répondre en citant
Message l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc 
salam

wa rah machafti walo, dernièrement j'ai entendu la chose la plus bizarre et qui m a vraiment fait mal au coeur ewa sm3oo:

il y a un monsieur dans ma ville qui pratique du charlatanisme depuis que son défaint père le lui avait inculqué lui et ses frères, bien sur sans diplome et vu que had l harfa 3ajbato et a pu battir une villa tout en verre dans un des quartiers moderne de ma ville, il a pensé à pousser encore plus sa tbaznissa car pour lui comme pour bien d'autres etre medecin ne signifie rien pour lui meme je pense qu'il ne sait jamais poser la question quelle est la différence entre moi et un dentiste et a-t-il d'abord le droit de faire cette comparaison ? et bien je disais qu'il veut faire de ,je n'ose meme ps le dire wa hchouuma wa 3aaaaaaaaaaar il veut faire de l'ORTHODONTIE et comment ewa 9al lik il va faire venir un de ces 3adimi damir pour qu'il travaille avec lui dans son cabinet et après y chffar mno lharfa NON MAIS C EST QUOI CE PAYS DE FOU, N Y A T IL PLUS DE REGLE ,WALO? FAIS CE QUE TU VEUX, DU MOMENT QUE TU POSSEDES LE POUVOIR OU L ARGENT VRAIMENT LAMENTABLE .
Ana je ne l'envie pas alah howa razza9 ET LAH Y ZIDO mais rah bazaaaaaaaaaaaaaf il faut un terme à ces pratiques honteuses. casse tete

Répondre en citant
Message alors ke faut il faire 
je sais bien de ki parle mon ami al9a39a3 je tiens a te dire mon ami ke t as tout a fait raison mai la fote n est pas dial les charlatants bouhadhoum premierement dial nos anciens medecins dentistes ki ne sont pas bougé pour les arreter et aussi de notre ministere ki n a pas pri ses mesures pour installer des regles par exemple un voleur s il n a pas trouver un policier pou l arreter il va continuer sa vole alors nous devons etre nous cette generation les premiers a contrarier ce fleo ki fait tache d huile non seulement de la ville de mer al9a39a3 mai aussi de tous les villes marocaines s il a voulu faire de l ortho ki peut l arreter ke les responsables et lui s il n a pas travailler il va chomer et le cycle tourne alors ke fo t il faire c a nos amis de forum de se decider avt les responsables.


____________________
bassimo
Répondre en citant
Message l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc 
Pensez Vous qu'avec l' Instaurer l’assurance maladie obligatoire réglera ce problème?

Nous Dentistes on serait tous d'accord pour éradiquer l'exercice illégale de notre profession, et on est conscient que ça ne se produira pas sans de lourds sacrifices! mais qu'est ce qu'on a fait pour les populations rurales?! y-a-t-il quelqu'un qui a pensé faire le sacrifice d'aller ouvrir son cabinet dans un village ou même dans une petite ville où les dentistes manquent affreusement.. y a qu'à regarder la répartition des dentistes pour comprendre que les charlatans viennent combler un vide et non nous concurrencer ...

Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc 
saf1 a écrit :
Citation:
y a qu'à regarder la répartition des dentistes pour comprendre que les charlatans viennent combler un vide et non nous concurrencer ...

c pas tt à fait ils sont partout mm dans les + grande ville ex :casablanca
il existe près de 7000 charlatans recensés au Maroc, faisant travailler chacun en moyenne 3 personnes. Soit 21000 employés actifs.
Un deuxième problème se pose : chaque charlatan dentaire «soigne» au minimum 10 patients par jour. Ce qui donne une couverture de 70000 consultations par jour


____________________

La vie est ainsi faite
On s’enrichit en donnant
On s’appauvrit en gardant pour soi
Répondre en citant
Message l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc 
simone a écrit:
saf1 a écrit :
Citation:
y a qu'à regarder la répartition des dentistes pour comprendre que les charlatans viennent combler un vide et non nous concurrencer ...

c pas tt à fait ils sont partout mm dans les + grande ville ex :casablanca
il existe près de 7000 charlatans recensés au Maroc, faisant travailler chacun en moyenne 3 personnes. Soit 21000 employés actifs.
Un deuxième problème se pose : chaque charlatan dentaire «soigne» au minimum 10 patients par jour. Ce qui donne une couverture de 70000 consultations par jour


Tout à fait, et je rajoute une chose, plus de 80% des charlatans se trouvent dans les zones urbaines où on a pas besoin d'eux.

Les éradiquer complètement et d'un seul coup est impossible, mais il faut au moins interdire les nouvelles installations. Dans tous les nouveaux quartiers, on trouve tjrs à côté du boucher et du boulanger un "sani3 asnan" !!!


____________________


Participez avec nous dans la créartion de la bibliothèque dent-café.. Envoyez nous vos cours.
Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc 
dentalamine a écrit:
simone a écrit:
saf1 a écrit :
Citation:
y a qu'à regarder la répartition des dentistes pour comprendre que les charlatans viennent combler un vide et non nous concurrencer ...

c pas tt à fait ils sont partout mm dans les + grande ville ex :casablanca
il existe près de 7000 charlatans recensés au Maroc, faisant travailler chacun en moyenne 3 personnes. Soit 21000 employés actifs.
Un deuxième problème se pose : chaque charlatan dentaire «soigne» au minimum c. Ce qui donne une couverture de 70000 consultations par jour


Tout à fait, et je rajoute une chose, plus de 80% des charlatans se trouvent dans les zones urbaines où on a pas besoin d'eux.

Les éradiquer complètement et d'un seul coup est impossible, mais il faut au moins interdire les nouvelles installations. Dans tous les nouveaux quartiers, on trouve tjrs à côté du boucher et du boulanger un "sani3 asnan" !!!


si on ne peut pas changer les lois a notre faveur , essayant au moins de changer les mentalités pensif .
je crois qu'une compagne de sensibilisation sera une tres bon façon de deminue le nombre de gen qui consulte ces charlatans.on va passer de 10 consultaions par jour à 6 puis à 3 puis à 00 incha allah . diplomé

le point fort de cette sensibilisation sera l'asepsie ,si on dit aux gens que "on peut attraper le VIH ou l'hépatite B ou C en consultant un charlatan".(je me demande d'alleurs prkoi les association qui lutte contre le VIH se focaliste sur d'autre type de transmission et oublie ce point tt aussi important).


en plus je crois qu'un reglementation qui organise notre métier avec des systémes de controles et de certification nous denera plus de crédibilité diplomé en parlant d'asepsie " sachant "entre nous" que bcp de chirurgien dentiste ne respecte pas ces régles d'asepsie" .

un dernier point il faut faire travailler les chirurgiens dentistes de la santé public .


si les chirurgiens dentistes veulent vraiment mettre terme au chalatanisme, ils peuvent y arriver .Mais si chacun dans son coin se plaint d'un charlatant qui s'instale en face de son cabinet ,rien ne va changer .

Répondre en citant
Message dentiste 
Malgré tous ce que tu nous a raconté mR Le docteur je pense que tu as déja été soigné par un sani3 alassnan
quant tu es petit car avant il avait pas des cherurgiens dentistes pendant la periode 1950 Au 1980 .
Laughing

Répondre en citant
Message prix de consultation 
Moi je me demande pourquoi les medcins gonfle les prix pour faire de la fortune et prfois ils depassent la limitent
d'envoyer des patient chez les laboratoirs de leur amis pour faire des analisent qui ne sont pas necessaire et font
font des truc pour vauller l'argent des patient ,
Bon une fois j'ai été chez un cherurgien il ma dis que la dent seras soigné avec 300 Dh , apres la 1ere visite je suis venue
pour la 2eme il ma dis que je devrai fair l'appareil pour voir l'image de la dent et tu dois me rajoutter 200 dh .
et voila le prix total est 500 dh pour une dent allahoma inna hada monkar .
الخلاصة :الطبيب عندما تدخل عنده لا ينظر الا الى جيبك يستعمل كافة الوسائل لكي ينال ربحا كبيرا بالاستعانة بالحيل البالية كارسالك عند اصحاب
السكانير او المختبرات من اصحابهم او عائلاتهم او ان يقول لك بان استعمال هده الالة او تلك يكلف مزيدا من الدفع
انا اريد ان اعرف هل هده الطريفة المطبقة لدى جراحي الاسنان قانونية عند وزارة الصحة اولا
ثانيا ما معنى ان تطبق تمنا ما تم تزيد عليه كما تشاء ووقت ماتشاء
والخلاصة ان لا احد يفكر في المريض لا الطبيب الجراح ولا الصانع الكل في المغرب هدفه المال المال تم المال
قال تعالى في سورة (النساء، 29) : “يا أيها الذين آمنوا لا تأكلوا أموالكم بينكم بالباطل إلا أن تكون تجارة عن تراضٍ منكم”.
فاغلب الناس يشتكون منكم فاتقو الله

Message l exercice illégal de la medecine dentaire au maroc 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Partenaire : pandentaire.com | portail dentaire marocain