Mettre en page de démarrageS’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 3
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Pulpotec : pour ou contre ?
Auteur Message
Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
assalamou alaykoum.
salut tout le monde;

j'aimerais vous demander si vous êtes pour ou contre l'utilisation du "pulpotec",c'est un produit nouveau!!mais apparemment très utilisé par les dentistes dans leur cabinets;

pour ceux qui ne connaissent pas ce produit:

Pulpotec «PD» est une pâte d'obturation pour le traitement simple par pulpotomie des molaires définitives ou temporaires vitales.

(pulpotomie + PULPOTEC); l’action thérapeutique préserve la vitalité de la pulpe, le praticien n’intervient plus au niveau radiculaire.


Indications
> Chez l’adulte : traitement des pulpites sur dents vivantes des molaires définitives, incluant, de fait, la préparation des molaires pour la réalisation de piliers de prothèse conjointe (bridge ou unitaire).
>En pédodontie : traitement des pulpites sur dents vivantes des molaires définitives immatures, permettant l’édification radiculaire complète de la dent. Traitement des pulpites sur dents vivantes des molaires temporaires. Traitement, par pulpotomie, des molaires temporaires infectées, même en présence d’abcès. Cette indication est la seule exception au principe de traitement sur dent vivante et doit être traitée par pulpotomie simple, sans dépasser le plancher de la chambre pulpaire, Pulpotec ne devant jamais être introduit dans le canal radiculaire des dents lactéales.

merci de faire l'effort de participer.
à bientôt in cha llah.


____________________
celui qui ne veut pas quand il peut,ne peut pas quand il veut!!!
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
Salut et merci pour ce sujet très intéressant oui tu as raison bcp de dentistes l'utilisent et ils en sont satisfaits parce qu'il permet de gagner bcp de temps et il n'est pas très cher pourquoi s'en priver alors

Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
et ça coute combien ?

Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
ca coute 600 dh

Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
arrayyane a écrit:
Traitement, par pulpotomie, des molaires temporaires infectées, même en présence d’abcès.

je crois que les dents temporaires presentant un abces sont déja necrosé et sont à extraire.
ce que je me demande pourquoi il est pas indiqué pour les monos?


____________________
après l'orage..
Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
Croyez moi je me suis connecté justement pr poster le même sujet mais voila que je le trouve affiché. Effectivement, la plupart des dentistes récemment installé ont adopté le pulpotec et en use sans modération, mois aussi je l'ai acheté pr le tester. Peut être qu'il n'y a pas assez de recul clinique sur son usage mais son efficacité à court terme est un bon prétexte pr se libérer de l'angoisse d'un traitement canalaire conventionnel surtt sur les molaires d'accès difficile.

Les infos qu'à poster Arrayyane figurent sur la notice du produit, il y a des points ambigus que je comprends pas, le pulpotec contient du formol qui entraine une momification de la pulpe, l'effet c'est une pulpo mortale fixatrice, et je ne vois pas comment une pulpe momifiée pourrait permettre une édification radiculaire sur une dent immature? secondo, c'est son usage sur les dents temp nécrosé présentant même un abcès, un confrère m'a confirmé qu'il avait une effet magique (selon ses propos) dans cette indication, son mode d'action????

Enfin tt ça c'est un peu louche, à part les témoignages de satisfaction qui courent de bouche en oreilles, on manque cruellement d'article scientifique la dessus.
abderrahmane a écrit:

je crois que les dents temporaires presentant un abces sont déja necrosé et sont à extraire.

Laughing Brillante déduction abderahmane................

A extraire !! ça dépend du stade.


____________________
Sois le changement que tu désires dans le monde.

Participez avec nous dans la créartion de la bibliothèque dent-café.. Envoyez nous vos cours.
Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
Dr. JEBLI a écrit:
abderrahmane a écrit:
je crois que les dents temporaires presentant un abces sont déja necrosé et sont à extraire.

Brillante déduction abderahmane................

A extraire !! ça dépend du stade.


on extrait toujours doc parcequ'il y a toujours atteinte de la furcation


____________________
après l'orage..
Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
Citation:
on extrait toujours doc parcequ'il y a toujours atteinte de la furcation


Pas d'accord, ou t'as appris ça ! en stade 3 oui, en stade 2 pas question même s'il y a une atteinte parodontale, l'abcès se résorbe et la dent se consolide avec un bon traitement.
Avant de terminer juste une question abderrahmane, si un abcès t'amène à extraire une dent temp en stade 2, tu demande à réaliser un mainteneur d'espace ou pas ?


____________________
Sois le changement que tu désires dans le monde.

Participez avec nous dans la créartion de la bibliothèque dent-café.. Envoyez nous vos cours.
Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
j'ai appris ça au cours de pédo je sais pas qui l'a fait et j'ai l'avantage que je l'ai refait en 2eme session, je me rappel comme si c'est hier et je suis sur et certain qu'il y a rien de ce que tu racontes là, j'ai deja reçu une jeune patiente avec un amalgame sur une 55 qui avait antecedant de parulie et avec un long silence clinique mais je peux rien confirmer sans preuve scientifique.

Dr. JEBLI a écrit:
Avant de terminer juste une question abderrahmane, si un abcès t'amène à extraire une dent temp en stade 2, tu demande à réaliser un mainteneur d'espace ou pas ?

je sais pas ce que tu cherches par cette question, la reponse est oui je le propose en stade 2.


____________________
après l'orage..
Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
Ne sois pas si certain mon ami, je te conseille de réviser ton guide de stagiaire. J'ai vu un tas de ces cas, avec un traitement ATB et un bon parage canalaire tout rentre dans l'ordre (ou pulpotec ?? l'indication mystérieuse!). Enfin, une exo précoce, outre priver l'enfant de sa dent, peut provoquer un retard d'éruption de la dent définitive et on est dans l'obligation de réaliser un mainteneur d'espace.

On ferme la parenthèse, revenons à notre sujet de départ, allez les adeptes du Pulpotec manifestez vous.


____________________
Sois le changement que tu désires dans le monde.

Participez avec nous dans la créartion de la bibliothèque dent-café.. Envoyez nous vos cours.
Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
Evaluations cliniques


RAPPORT FINAL D’INVESTIGATION CLINIQUE SUR LE PULPOTEC®

1. Résumé :

A la suite de 17 ans de mise en place de la pâte d’obturation Pulpotec sur environ 3’000 molaires définitives et temporaires avec un taux de réussite clinique de 80%, il apparaît que les avantages de son utilisation l’emportent sans ambiguïté sur ses inconvénients, d’ailleurs sans gravité, dans les conditions normales d’utilisation.

2. Introduction :

C’est à partir d’un dépassement apical survenu lors d’une technique de pulptectomie totale effectuée sur une molaire inférieure et évoluant de façon inquiétante il y a environ 15 ans que s’est imposé l’idée de remettre d’actualité la pulpotomie qu’avait défendu A. Marmasse, Professeur à l’Ecole dentaire de Paris il y a quelques années.

Le traitement usuel appliqué à une pulpite sur dent vivante comporte l’enlèvement de la totalité de la pulpe correspondant à la dent soignée et à combler la cavité ainsi formée par un matériau d’obturation tel qu’une pâte antiseptique à base d’oxyde de zinc et d’eugénol ou une pâte à base de bakélite ou de gutta condensée.

Ce type d’opération, lorsqu’elle est pratiquée sur une molaire, se révèle longue et complexe du fait de la variété de la forme des racines, de l’exiguïté de la cavité buccale et de la difficulté qu’il y a, en particulier, à anesthésier totalement les molaires mandibulaires.
Ainsi, des études récentes (1) ont montré que le taux d’échec des traitements endodontiques par pulpectomie s’élève à plus de 50% dans le monde, Suisse, Suède et USA compris. Ces échecs se traduisent par une infection qui se développe à l’extrémité de la racine. Il faut alors impérativement avoir accès aux racines de la dent pour la retraiter, sachant que toute pâte à canaux, en particulier la bakélite, se révèle particulièrement difficile à retirer. Faute de quoi, la dent devra être extraite. En outre, des études portant sur l’anatomie des canaux radiculaires (2) ont montré que ceux-ci comportent de nombreuses ramifications qui ne peuvent être atteintes lors d’un traitement par pulpectomie dite totale. De plus, la pratique de la pulpectomie s’accompagne de nombreux risques parmi lesquels on peut citer le dépassement du matériau d’obturation sous les racines. Dans ce cas, les complications peuvent être extrêmement graves, puisqu’elles vont de la sinusite fongique au maxillaire supérieur (3) à la survenue de douleurs permanentes au maxillaire inférieur, contre lesquelles aucune thérapeutique n’existe actuellement (4-5).

Une alternative à la pulpectomie a, un temps, consisté en la pratique de la pulpotomie. Plutôt que de retirer la pulpe d’une dent dans sa totalité, on pratique une amputation sélective de la partie coronaire de la pulpe de la dent, contenue dans la chambre pulpaire, et l’on obture la cavité ainsi formée par un matériau d’obturation classique.

La pulpotomie présente de nombreux avantages par rapport à la pulpectomie (8). Parmi ceux-ci, on peut citer un gain de temps important, un accès aisé à la partie de la pulpe à traiter et un plateau technique simplifié pour le praticien. L’ensemble de ces facteurs entraîne la suppression des principaux risques qui accompagnent la pulpectomie et qui sont liés à l’utilisation des instruments à canaux et au dépassement de matériau d’obturation sous les racines. La pulpotomie est, en outre, la seule technique qui permette l’édification complète des racines des molaires permanentes immatures.

Toutefois, les matériaux d’obturation utilisés jusqu’ici lors des pulpotomies n’ont pas donné satisfaction, entraînant dégénérescence et infection de la pulpe résiduelle. Par conséquent, du fait des nombreuses difficultés soulevées par l’inadéquation du matériau d’obturation utilisé, la pratique de la pulpotomie, malgré des avantages qu’elle peut présenter, a été abandonnée.

Or, des études récentes (6) prouvent la grande capacité de guérison de la pulpe, ce qui, compte tenu des observations du Professeur A. Marmasse sur la pulpotomie (7), nous a conduit à penser à la mise au point d’un matériau d’obturation capable de pallier aux inconvénients cités précédemment, permettant une cicatrisation de la pulpe radiculaire et sa pérennité dans le temps grâce à des substances permettant l’antisepsie et l’hémostase dans un premier temps et le maintien de l’antisepsie et de l’étanchéité à long terme par une bonne stabilité volumétrique.

3. Méthode de traitement :

Il a été décidé en 1989 (après quelques cas traités en 1987) de traiter toutes les molaires définitives et temporaires de mes patients présentant une pulpite sur dent vitale par pulpotomie, étant assuré que les risques encourus étaient en tout état de cause beaucoup moins importants que ceux liés à la pulpectomie, un échec n’entraînant dans la majorité des cas que le retour au traitement par pulpectomie dite totale.
La pulpotomie consiste à amputer la pulpe camérale puis à coiffer les moignons pulpaires avec une pâte d’obturation. Pour ce faire, on procède à l’éviction du plafond de la chambre pulpaire à l’aide d’une fraise type Zékrya chirurgicale, puis à l’éviction de la pulpe camérale avec une fraise type Zékrya-endo suivie de la mise en forme de la chambre pulpaire à l’aide d’une fraise poire diamantée. Il est important d’utiliser des instruments rotatifs à grande vitesse afin d’éviter l’arrachement des filets radiculaires qui doivent impérativement demeurer dans les canaux.

La pulpotomie proprement dite se termine par la mise en place du Pulpotec dans la cavité camérale au moyen d’un bourre pâte de gros diamètre, suivi de la pause d’un pansement provisoire. Acette occasion, on placera un rouleau de coton salivaire intercalé entre les deux arcades et on demandera au patient d’appuyer fermement pour que le Pulpotec épouse fidèlement les parois de la chambre pulpaire et les orifices des canaux radiculaires, assurant ainsi une parfaire étanchéité. A l’occasion d’une seconde séance, environ huit jours plus tard, on procédera à la pause d’une obturation définitive suivie, cas échéant, de la confection d’une prothèse conjointe.
4. Investigation clinique :

A ce jour, le nombre de dents traitées est d’environ 3’000, réparti également entre dents définitives et temporaires.
Une radiographie argentique a été pratiquée le jour du traitement par pulpotomie et à chaque nouvelle visite du patient à mon cabinet à partir d’un délai de 3 ans (suivi radiologique assuré pour les dents permanentes uniquement).
A ce jour, 310 cas radiologiques ont ainsi pu être suivis entre 3 et 13 ans (3 ans : 48 dents; 4 ans : 54 dents; 5 ans : 50 dents; 6 ans : 26 dents; 7 ans : 20 dents; 8 ans : 26 dents; 9 ans : 36 dents; 10 ans : 21 dents; 11 ans : 17 dents; 12 ans : 8 dents; 13 ans : 6 dents; 15 ans : 1 dent).
Lors de l’analyse des résultats, il a également été considéré l’absence de douleur dans le temps, ainsi que la fonctionnalité de la mastication.
Dans la majorité des cas de dents permanentes, il a été placé une prothèse conjointe afin d’assurer la meilleure étanchéité possible de l’obturation. De plus, il est à noter que cette prothèse joue aussi le rôle de «signal d’alarme»; en effet, étant donné son coût, le patient n’hésitera pas à venir consulter en cas de douleur, c’est à dire en cas d’échec du traitement se traduisant par l’infection des racines de la dent.

5. Résultats :

5.1 Dents temporaires :

Cessation immédiate de la douleur après traitement dans 80% des cas; douleur qualifiée de moyenne par l’intéressé dans 20% des cas qui se poursuit pendant 2 à 3 jours et cesse après ce délai. Puis dents cliniquement muettes et fonctionnelles jusqu’à leur disparition de l’arcade dentaire et l’apparition des dents définitives qui leur succèdent. Il s’agit des dents temporaires restées en place jusqu’à leur élimination «naturelle».
A noter qu’un certain nombre (environ 30%) de dents temporaires, généralement non-couronnées, se fracturent suite aux efforts masticatoires, entraînant leur avulsion par le praticien. Le traitement par Pulpotec n’est évidemment pas mis en cause dans ce cas.

5.2 Dents permanentes :

a) Les 310 cas radiographiés présentent une image physiologique saine lors du second cliché; aucune trace d’infection péri-apicale; de plus, ces dents ne sont pas douloureuses et la mastication est parfaitement fonctionnelle.
Sur cette même période de 13 ans, 61 dents permanentes ont été retraitées par pulpectomie totale. Il semble logique de pouvoir rapprocher ces deux chiffres. En effet, dans les deux cas, il est impossible de revoir tous les patients traités. Ceci suggère un taux de réussite de 80%, chiffre qui correspond également à celui cité par le Professeur A. Marmasse dans son ouvrage (7).

b) Effets secondaires indésirables :

Suite à l’utilisation de Pulpotec, il a été constaté 3 types d’effets indésirables :

> pour 15% des dents traitées et dans les jours qui suivent le traitement, persistance d’une douleur plus ou moins intense de type arthrite qui s’estompe seule, progressivement, ou par la prise d’anti-inflammatoires par voie générale afin d’accélérer sa disparition.

> pour 3% des dents traitées, persistance d’une douleur de moyenne intensité jusqu’à la seconde séance espacée de 8 jours (également citée par le Professeur Marmasse) traitée par l’éviction du Pulpotec de la chambre pulpaire immédiatement suivie de la mise en place d’une nouvelle dose de Pulpotec, avec cessation instantanée de la douleur.

> exceptionnellement (2 cas dans cette étude) une douleur de forte intensité peut se produire.
Elle est due à une fracture de la dent passée inaperçue lors de l’examen initial de la dent ou bien encore à une perforation du plancher de la chambre pulpaire tout autant ignorée. Cette situation nécessite le plus souvent l’avulsion de la dent, conséquence qui aurait été identique dans le cas d’un traitement par pulpectomie.

6. Discussion et conclusions :

Il est évidemment difficile de prouver la pérennité de la vitalité pulpaire après traitement au Pulpotec par le seul suivi clinique et radiologique.

L’établissement d’une telle preuve, admise par Marmasse comme très difficile après pulpotomie vitale (7), a été écarté de nos investigations cliniques tant pour des raisons pratiques que des raisons d’éthique.

Toutefois, tous les examens post-opératoires fonctionnels effectués, ainsi que le statut radiologique, tendent à confirmer la pérennité de la vitalité pulpaire après traitement au Pulpotec.

Comment pourrait-il en être d’ailleurs autrement quand on a pu constater, après traitement par Pulpotec de dents permanentes immatures, que l’édification radiculaire s’est poursuivie normalement jusqu’à constitution complète et fonctionnelle de la racine.

Finalement, si l’on considère que, d’une part, en plus des risques importants liés au périapex, les risques liés à la pulpectomie sont (exception faite du point N° 2) identiques à ceux liés à la pulpotomie, à savoir essentiellement des douleurs de type arthrite et que, d’autre part, le pourcentage d’échec clinique est significativement plus élevé pour les pulpectomies que pour les pulpotomies (50% contre 20%), il semble judicieux de privilégier cette technique qui, outre le fait qu’elle autorise une étape supplémentaire de conservation de l’organe dentaire dans le traitement de ses échecs, représente une technique de travail plus aisée et donc plus fiable, permettant d’envisager une survie maximale des dents ainsi traitées.

L’investigateur
Dr J. B.
Médecin-dentiste

Bibliographie

Bibliographie

1. L’information Dentaire N° 44 du 19 décembre 1996 - 3535 article intitulé : «La reprise de traitement en endodontie»

2. L’information Dentaire N° 33 du 28 septembre 1995 (travaux de Hess-1925-, De Deus-1975-et Vertucci-1984-)

3. Actualités odonto-stomatologiques N° 192 décembre 1995-563-

4. L’Information Dentaire N° 25 du 22 juin 1972 article du Pr Commissionnat : «le refoulement dans le canal dentaire inférieur des substances obturatrices constitue une urgence majeure de note spécialité»

5. L’Information Dentaire N° 40 du 21 novembre 1996 article de Claude Aaron et Yves Commissionnat

6. Swedish Dental Journal supplement 39, 1986 : Dental Pulp Inflammation, experimental studies in human and monkey teeth de Johan Warfvinge

7. Dentisterie Opératoire, Tome 1, Dentisterie Thérapeutique : Professeur A. Marmasse 1969

8. HESS J.C., MEDIONI E. et VENE G. - Thérapeutique endodontique. Ensemble pulpo-dentinaire. Pulpotomie - Editions Techniques - Encycl. Méd. Chir. (Paris-France), Odon tologie, 23035 D, 2-1990
9. Pediatr Dent 2001 Jul-Aug; 23(4): 331-6, "Outcome of formocresol/ZOE sub-base pulpotomies utilizing alternative radiographic success criteria. Strange DM, Seal NS, Nunn ME, Strange M."

15 janvier 2002

Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
merci pour la recherche


____________________
après l'orage..
Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
C'est article figure sur quel journal? c'est pas cité?

Il parait que c'est l'article du fabricant, presque les mêmes donnés que sur la notice, Merci qd même.


____________________
Sois le changement que tu désires dans le monde.

Participez avec nous dans la créartion de la bibliothèque dent-café.. Envoyez nous vos cours.
Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
Voila pr ma recherche sur le formocrésol (Pulpotec) :

1- Avons-nous encore besoin du formocrésol en dentisterie pédiatrique?

Aperçu :

Au Royaume-Uni et en Amérique du Nord, la plupart des pédodontistes1,2 utilisent la pulpotomie au formocrésol pour le traitement
pulpaire des dents primaires à pulpe vivante. Au Royaume-Uni toutefois, 54 % de ces spécialistes ont exprimé des inquiétudes au sujet des risques de sensibilisation et des effets toxiques, mutagènes ou cancérogènes associés au formocrésol, et 42 % des spécialistes consultés en 2002 songeaient à modifier leur technique de pulpotomie pour éviter l’usage du formocrésol1.

Or, il a été démontré qu’il y a distribution systémique du formaldéhyde après une pulpotomie. De fait, jusqu’à 10 % de la dose de formaldéhyde administrée lors d’une pulpotomie au formocrésol a été absorbée par voie systémique chez le chien11. Dans une autre étude, du formaldéhyde radiomarqué a été décelé dans l’ensemble des viscères de rats, après une pulpotomie au formocrésol d’une seule molaire12. La littérature relève au moins 3 aspects préoccupants associés au formocrésol :mutagénicité, cancérogénicité
et sensibilisation immunitaire. Chez le chien, la formation d’anticorps provoquant une sensibilisation immunitaire au formaldéhyde a été
démontrée après une pulpotomie au formocrésol13. Un certain nombre d’études chez des animaux ont également établi un lien entre l’exposition au formaldéhyde et la manifestation d’effets mutagènes et cancérogènes. Ainsi, Swenberg et coll.14 et Kerns et coll.15 ont observé un lien entre l’exposition au formaldéhyde et l’apparition de carcinomes spinocellulaires chez le rat, alors que Bolt16 a
découvert une interaction entre le formaldéhyde et l’ADN ayant donné lieu à la formation de tumeurs expérimentales chez le rat,
et il en a conclu que le formaldéhyde pose un risque cancérogène important pour les humains. Une étude clinique récemment
effectuée chez des humains a révélé une hausse statistiquement significative d’aberrations chromosomiques chez 10 % des
enfants qui avaient subi une seule pulpotomie au formocrésol, hausse non décelée chez les sujets témoins17. Or, les dentistes
pratiquent régulièrement plusieurs pulpotomies au formocrésol durant une même visite, chez les enfants qui souffrent d’une
forme grave de carie de la petite enfance.
Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la Santé a récemment modifié la
classification du formaldéhyde pour l’inclure parmi les agents cancérogènes connus pour les humains. Dans un communiqué
publié en juin 2004, le CIRC a indiqué que l’on possède suffisamment de données pour déclarer que le formaldéhyde
cause le cancer du nasopharynx, que des données limitées établissent un lien avec la formation de carcinomes des sinus
nasaux et paranasaux et que des données solides – quoique non suffisantes – montrent que le formaldéhyde cause la leucémie
chez les humains18.
Donc, les dentistes qui allèguent que les effets pathogènes du formocrésol chez les humains restent à prouver font abstraction des données sur lesquelles s’est fondé le CIRC pour classer le formaldéhyde parmi les agents cancérogènes pour les humains. Il a été prouvé que le formaldéhyde provoque une sensibilisation immunitaire, des mutations et des cancers chez les animaux et qu’il augmente sensiblement le taux d’aberrations chromosomiques chez certains enfants. Les autres traitements pulpaires, qui reposent sur l’utilisation de médicaments plus doux ou de traitements qui ne provoquent pas de distribution systémique, offrent donc aux patients une marge de sécurité contre la distribution intravasculaire du formocrésol jusqu’aux organes récepteurs nerveux.


Article intégral : http://www.cda-adc.ca/jadc/vol-71/issue-10/749.pdf

2 - Persuasive Evidence that Formocresol Use in Pediatric Dentistry Is Safe
S o m m a i r e
Casas et coll.1 ont mis en doute l'innocuité du formocrésol tel qu'utilisé lors des pulpotomies pédiatriques, parce que le formaldéhyde qu'il contient pourrait provoquer des effets toxiques à des sites éloignés, notamment la génotoxicité, l'immunotoxicité et le cancer. Cependant, cet argument est basé sur des preuves qui ont été soit mal interprétées soit remplacées par des données scientifiques plus solides. En outre, cet argument est biologiquement improbable sur la base des preuves actuelles.

Le formaldéhyde est un composé biologique que l'on trouve naturellement dans les tissus mammifères, les cellules et les liquides organiques. Beaucoup de produits en contiennent ou en dégagent, notamment les antiseptiques, le détergent à vaisselle, l'assouplissant, les produits de nettoyage pour tapis, le vernis à ongles, le durcisseur à ongles, les produits de papier, les adhésifs, la peinture au latex, les plastiques, les tissus infroissables et différents produits ligneux.

Chez les rats, les singes et les humains, la concentration endogène normale de formaldéhyde dans le sang est d'environ 0,1 mmol/l (2,70 μg/g), et ces taux ne sont pas affectés par l'exposition externe au formaldéhyde. De nombreuses études scientifiques ont démontré que le formaldéhyde inhalé ou ingéré se métabolise rapidement, et que l'atome de carbone est rapidement incorporé aux macromolécules réparties dans tout l'organisme. Les déshydrogénases glutathiono-dépendantes et glutathiono-indépendantes catalysent l'oxydation de formaldéhyde dans les muqueuses nasales et buccales, les hépatocytes et les érythrocytes, lesquels sont les principales voies de détoxification.

Génotoxicité : De nombreuses études ont démontré que le formaldéhyde est génotoxique ou mutagène pour les tissus mammifères, mais seulement à la suite d'une exposition prolongée à des zones de contact précises comme le nasopharynx. Rien ne prouve que la quantité de microgrammes de formaldéhyde appliquée au tissu pulpaire pédiatrique pendant quelques minutes causera une toxicité à des sites éloignés. Des anomalies cytogénétiques, comme les liens transversaux entre les protéines de l'ADN, les aberrations chromosomiques, les échanges de chromatides soeurs ou nucléées, n'ont pas été relevées dans la moelle osseuse de rats normaux exposés au formaldéhyde marqué d'hydrogène radioactif [3H] ou de carbone [14C] à des concentrations aussi élevées que 15 parties par million (ppm); dans la moelle osseuse des rats carencés en glutation (inhibitée sur le plan métabolique) exposés au formaldéhyde [3H] et au formaldéhyde [14C] à des concentrations aussi élevées que 10 ppm; et dans la moelle osseuse des singes Rhésus exposés au formaldéhyde [14C] à des concentrations aussi élevées que 6 ppm. Aucune anomalie cytogénétique n'a été observée dans les lymphocytes circulants obtenus des enfants ayant subi au moins une pulpotomie au formocrésol ou dans les lymphocytes des rats exposés à des concentrations de formaldéhyde aussi élévées que 15 ppm pendant 5 jours.

Immunotoxicité : Une sensibilisation immunitaire à la suite de la pulpotomie au formocrésol a été observée chez les chiens, mais lors d'une étude menée auprès de 128 enfants ayant subi une pulpotomie au formocrésol, il n'y a pas eu d'augmentation de la réaction immunitaire ou de réactions allergiques.

Cancérogénicité : Le formaldéhyde cause l'apparition d'un carcinome spinocellulaire nasal chez les rongeurs exposés à long terme à une concentration minimale de 6 ppm. Par contre, cette concentration représente plus de 1000 fois les expositions ambiantes typiques pour les humains et 8 fois la limite d'exposition professionnelle maximale établie par l'Occupational Safety and Health Administration des États-Unis. À partir de 7 biodosages par inhalation à long terme et de 3 études portant sur des rats, des souris et des hamsters par l'intermédiaire de l'eau potable ou à partir de 3 enquêtes épidémiologiques à long terme menées auprès de travailleurs industriels exposés au formaldéhyde dans le cadre de leur travail, la preuve n'a pu être faite que cette substance peut causer le cancer à des sites éloignés. Toute preuve soutenant que le formaldéhyde cause le cancer à des sites éloignés doit être considérée comme inconséquente pour plusieurs raisons : non-reproduisibilité, rapports inadéquats sur les méthodes expérimentales ou sensibilité analytique insuffisante.

Conclusions : L'abondance de preuves négatives démontre fortement qu'il n'y a pas de transport de formaldéhyde inhalé, ingéré ou appliqué localement à des sites éloignés. Alliés au fait que le formaldéhyde se trouve naturellement dans tout l'organisme et que seulement quelques microgrammes de formaldéhyde sont appliqués pendant de très courtes périodes sur le tissu pulpaire lors de la pulpotomie, ces résultats négatifs constituent une preuve convaincante que l'exposition des enfants à l'élément formaldéhyde du formocrésol lors de la pulpotomie est à la fois sans conséquence et sans danger.

Article intégral : http://cda-adc.ca/jadc/vol-72/issue-3/247.pdf


Je me contente de ces deux articles maintenant, j'en posterais d'autre plus récents (2008) qd j'aurais le temps.


____________________
Sois le changement que tu désires dans le monde.

Participez avec nous dans la créartion de la bibliothèque dent-café.. Envoyez nous vos cours.
Répondre en citant
Message Pulpotec : pour ou contre ? 
3 - J Calif Dent Assoc. 2008 May;36(5):323.
'Safety' of formocresol contested.
Lewis BB.
PMID: 18557122 [PubMed - in process]

Je vous poste le texte intégrale :



____________________
Sois le changement que tu désires dans le monde.

Participez avec nous dans la créartion de la bibliothèque dent-café.. Envoyez nous vos cours.
Message Pulpotec : pour ou contre ? 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 3
Aller à la page: 1, 2, 3  >
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Partenaire : pandentaire.com | portail dentaire marocain